Accueil du site
AccueilRetourL'art en trait d'union : le 1% artistique
Imprimer la page

Un appel à projets de la Ville au titre du "1 % artistique" avait été lancé, portant sur la création d’une œuvre de design permettant d’identifier clairement "La Théâtre Quintaou" mais aussi de créer un trait d’union avec la bibliothèque voisine. Les espaces à investir : le mur situé dans le hall de la salle, le parvis et les abords des deux bâtiments. L’artiste bordelais Franck Tallon a remporté l’appel d’offre.

L'oeuvre se déploie autour de deux formes : un "mur bavard" et une enseigne mobile.

Le "mur bavard"

Brèves, slogans, confidences, pensées s'entrechoquent pour former un nuage qui vient se plaquer contre le mur du hall et l'habiller, à la manière d'un tatouage sur le bâtiment. Leur inscription est faite en peinture, en lettres, pour à la fois donner un caractère exceptionnel et rare à cette réalisation, et souligner la noblesse du geste et du savoir-faire manuel. C'est aussi une évocation des murs peints au Pays Basque (frontons, maisons, ...) et du souvenir des rideaux publicitaires des cinémas de notre enfance, avec les jeux de piste visuels qu'ils nous offraient.
Du fait de sa densité graphique (plus de 200 slogans), il sera difficile de tout lire et de tout déchiffrer lors d'une première visite, chacun y fera au gré de ses venues de nouvelles découvertes.

L'enseigne mobile

De ce mur s'extrait un nom, celui du territoire : Quintaou. Il s'en échappe, en ayant laissé sa trace gravée sur le muret garde-corps de l'escalier situé devant "le mur bavard", pour aller vivre sa vie dans divers lieux du bâtiment.
L'enseigne n'est plus pensée comme fixe, mais mobile, pouvant se placer contre les vitres à l'intérieur du bâtiment, à l'étage dans l'avancée du foyer, sur la scène ouverte de la terrasse, voire sortir sur les marches, s'installer provisoirement devant la bibliothèque ou sur la place du marché.
Au-delà du simple signal, elle peut remplir d'autres fonctions et, par exemple, constituer le décor d'une performance ou d'une manifestation hors les murs dans le quartier.
Ces lettres, dans leur forme massive et dans leur dessin très simple, sont à l'inverse des volutes et des richesses graphiques du mur. Cette typographie, spécialement créée pour l'occasion, aurait pu être taillée à la serpe ou à la hache. Ce côté sculptural évoque la matérialité du territoire, là aussi en contraste avec les pensées qui s'envolent sur le mur.
Elles sont réalisées en panneaux de Corian® blanc, un matériau résistant qui se travaille comme le bois.

Qui est Franck Tallon ?

Naissance en 1967 à Montluçon (Allier)

Formation

  • École des Beaux-Arts, Bordeaux
  • 1991 : DNSEP option communication visuelle et audio-visuelle (félicitations du jury).

Cursus professionnel

  • De 1991 à 2001 : Graphiste à Arc en Rêve centre d'architecture, Bordeaux.
  • Depuis 1994 : Création et direction de l'agence Franck Tallon.
  • Depuis 2005 : Directeur artistique de la revue Le Festin.
  • Depuis 2008 : Artiste associé au TnBA - Théâtre national de Bordeaux Aquitaine.
  • Depuis 2009 : Directeur artistique de la Cub - Communauté urbaine de Bordeaux.

Franck Tallon, graphiste et directeur artistique, travaille dans les champs culturel et institutionnel. Ses réalisations, sur des projets nationaux tant qu'internationaux, se situent au carrefour de l'art et de la production.
Il s'est imprégné, très tôt, des problématiques de l'architecture et ne cesse, au travers de ses commandes, d'approfondir le lien entre design graphique et urbanisme.
Son travail interroge le pouvoir de l'image et du texte dans un environnement urbain surchargé. Il met en jeu un vocabulaire d'hybridations formelles et visuelles qu'il malaxe en tous sens, étire, soumet à de multiples brassages et mixages, afin d'en éprouver l'élasticité comme les résistances. Son graphisme est savamment ludique, singulièrement efficace et ne cesse d'inventer les conditions de sa vitalité.

Son équipe est composée de trois graphistes. Ponctuellement et selon la nécessité des études, il collabore avec des professionnels indépendants (consultants, rédacteurs, webmasters, photographes, designers, architectes...).
Au sein de son agence, il développe des projets d'éditions, d'identités visuelles, de scénographies et d'interventions dans l'espace public (1% artistiques, signalétique, marquage de site, parcours patrimoniaux, ...).

Dans le domaine de l'urbain et de l'architecture, il a réalisé récemment le pavillon de la France pour la Biennale d'architecture de Venise en 2008, l'habillage des Trains TER Aquitaine, la signalétique de la nouvelle école d'architecture de Nantes (architectes Lacaton-Vassal), le 1% artistique de la médiathèque de Rouen (architecte Rudy Ricciotti), les documents de la candidature de Bordeaux 2013 capitale européenne de la Culture, les documents graphiques de la saison 11/12 du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, l'Annuel optimiste d'architecture aux éditions Pyramyd, ...
Il collabore régulièrement avec de nombreuses maisons d'éditions (Birkhaüser/ Bâle, InEx projects/Paris, les éditions de la french touch/Paris, Ante Prima/Paris, AAM/ Bruxelles, ...), et avec le pavillon de l'Arsenal / Paris, le point éphémère / Paris, la maison de l'architecture en Île-de-France, arc en rêve centre d'architecture / Bordeaux, Congrès et expositions de Bordeaux, le TnBA / Bordeaux ...
Parallèlement, il est directeur artistique de la revue Le Festin, artiste associé au TnBA, Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine et directeur artistique de La Cub, Communauté Urbaine de Bordeaux. Il enseigne également le design à l'école des Beaux-Arts de Bordeaux.

Contact
DIRECTION CULTURE ET JUMELAGE
culture@anglet.fr
05 59 58 35 60