Accueil du site
AccueilRetourLa métamorphose de Beatrix Enea
Imprimer la page

La Villa Beatrix Enea joue depuis 1995 un rôle important dans la vie culturelle locale. L'édifice abrite le service municipal de la culture qui y expose les différents courants de l'art contemporain. 
Aujourd'hui, la rénovation et l'adaptation des locaux s'imposent.

Un patrimoine conservé et embelli

Partie intégrante du patrimoine municipal depuis 1993, la Villa Beatrix Enea, est l'objet d'importants travaux de rénovation et d'adaptation de ses locaux. Le chantier a été confié à l'architecte biarrot Pierre-Jean Harte-Lasserre.

La maison signée Raymond Larrebat-Tudor (1859-1943) porte les marques de l'éclectisme en vogue à l'époque. Les éléments décoratifs intérieurs (mosaïque d'entrée, vieux fourneaux, grand escalier central, boiseries) seront mis en valeur pour préserver l'esprit "maison de famille" si particulier à ce bâtiment public.
La Villa accueille près de 20 000 personnes par an dont une bonne partie de scolaires. Les accès extérieur et intérieur seront mis aux normes afin de recevoir tous les publics. Pour les personnes présentant des difficultés de mobilité, un ascenseur situé au rez-de-jardin desservira l'ensemble des niveaux, du sous-sol au second étage. L'action de médiation vers le jeune public se déploiera dans un atelier pédagogique de 30 m2 au sous-sol. Les trois salles d'exposition du rez-de-chaussée verront leur accès, leur éclairage et leurs conditions thermiques améliorés.
Le programme prévoit également la mise en sécurité du bâtiment au sens de la réglementation sur les établissements recevant du public (installations électriques, issues de secours...), le traitement de la majestueuse façade en pierre de Bidache et l'amélioration des postes de travail des agents administratifs.

Un projet culturel ambitieux

Suite à ce grand chantier, l'établissement se dote d'un projet culturel fort pour devenir un lieu de création, de diffusion et de ressources à la disposition des artistes invités et à accompagner ces derniers dans leur recherche et leur processus créatif, et à participer ainsi à la vitalité de la création contemporaine.
Le lieu a vocation à rejoindre des réseaux et à devenir un espace éligible à un label centre d'art.

Coût des travaux

Une enveloppe de près de 700 000 euros hors taxes a été approuvée par le Conseil municipal pour réaliser ce programme.