Accueil du site
Imprimer la page

Un week-end riche en rendez-vous

Le week-end des 30 septembre et 1er octobre est placé sous le signe de la Patrouille de France. Le programme, riche en animations, est le suivant :

  • Samedi 30 septembre, à 17 heures, à la Maison pour Tous : conférence "Du SPAD de Guynemer au Mirage 2000-5 : cent ans d'histoire de l'escadrille des Cigognes".

L'escadrille des Cigognes l'une des plus anciennes de l'Armée de l'air, est le berceau de grandes figures de l'aviation de chasse française. Georges Guynemer en était l'un des glorieux pilotes à bord de son " Vieux Charles ", un SPAD XII. Aujourd'hui, cette unité de combat, installée sur la base aérienne de Luxeuil‐Saint‐Sauveur, dans le département de la Haute-Saône (70), est équipée de Mirage 2000‐5. Le commandant Repolt, commandant de l'escadron de chasse ½ " Cigognes " retrace l'épopée de cette célèbre escadrille. Entrée libre.

  • Samedi 30 septembre, à 18 heures, au monument aux Morts : cérémonie organisée en souvenir de Georges Guynemer.

En présence de la garde du drapeau de l'escadron et d'une délégation de la base aérienne de Luxeuil-Saint-Sauveur, là où est aujourd'hui installée l'escadrille des Cigognes, celle de ce héros de l'aviation.

  • Samedi 30 septembre, à 20 h 30, au théâtre Quintaou : concert de la Musique des Forces Aériennes de Bordeaux.

Unité de prestige de l'armée de l'air basée à Mérignac, cette formation est un orchestre de référence en France et à l'étranger. À Anglet, elle se présente sous le format grande harmonie et propose un programme autour de Gabriel Fauré, Claude Debussy, Maurice Ravel, Dimitri Chostakovitch ou encore Manuel de Falla. Petite entorse à leur répertoire habituel, ils seront accompagnés de Michel Etcheverry pour clôturer le concert. Gratuit. CONCERT COMPLET.

  • Dimanche 1er octobre, à partir de 15 heures, au-dessus des plages d'Anglet : démonstration de la Patrouille de France.

Après une tournée exceptionnelle d'un mois aux Etats-Unis en début d'année, pour marquer le centenaire de l'entrée des Américains dans la Première Guerre mondiale, la Patrouille de France survolera Anglet. Et elle ne sera pas seule. Toutes les composantes de ce qui constitue l'Ambassade de l'Armée de l'air en France et à l'étranger seront aussi présentes. Le public verra le Rafale " Solo Display ", qui court le monde avec le capitaine Marty à son bord pour défendre les qualités de l'avion. Sans oublier, l'équipe de haute voltige de l'Armée de l'air, avec dans ses rangs le Capitaine Victor Lalloué, champion du monde en titre, qui rendre d'une compétition en Afrique. Les figures exécutées seront commentées par le directeur de présentation des équipes de la Patrouille depuis le car-podium, installé plage de La Madrague. Les spectateurs pourront ainsi apprécier toute la technicité et la difficulté des enchaînements. Accès libre.

  • Dimanche 1er octobre, à 16 h 30, plage de la Madrague : rencontre avec les pilotes.

À l'issue du meeting, ils rejoindront le car-podium et partageront leurs impressions avec le public. Accès libre.

Des restrictions de circulation et de stationnement

À l'occasion de la venue de la Patrouille de France à Anglet, des restrictions de circulation et de stationnement sont à prévoir.

La circulation sera interdite sur l'avenue de l'Océan, le dimanche 1er octobre 2017 de 9 heures à 18 heures, à l'exception des véhicules autorisés. L'accès aux propriétés riveraines sera conservé.

Plusieurs rues et avenues constitueront l'axe rouge pour l'intervention des secours, à savoir : le boulevard du BAB, la rue Charles-Kraemer, la promenade de la Barre, l'avenue de la Forêt, une partie de l'avenue des Crêtes, le boulevard des Plages (portion comprise entre l'avenue des Crêtes et l'avenue de l'Océan), l'avenue de l'Océan et l'avenue de l'Adour. Sur cet axe rouge, le stationnement de tout véhicule sera interdit, du samedi 30 septembre 2017, 19 heures, au dimanche 1er octobre 2017, 19 heures, avenue de l'Océan, boulevard des Plages (portion comprise entre l'avenue des Crêtes et l'avenue de l'Océan), avenue des Crêtes (une partie) et avenue de la Forêt. La promenade de la Barre, l'avenue de l'Adour, la rue Charles-Kraemer et le boulevard du BAB devront rester libres de tout encombrement durant toute la manifestation, les véhicules gênants la circulation seront mis en fourrière.

Par ailleurs, la baignade, la pratique des activités nautiques et la circulation des navires dans la bande des 300 mètres, l'accès aux digues, la pratique du cerf-volant, des ailes volantes ou de tout autre engin volant seront interdits le dimanche 1er octobre 2017 à partir de 9 heures et jusqu'à la fin de la manifestation, au plus tard à 18 h 30 (pour sécuriser la prise d'axe des Alpha-jets prévue entre 10 heures et 12 heures et la manifestation aérienne entre 15 heures et 17 heures).

Anglet, ville d'aéronautique

À l'occasion du centenaire de la disparition de Georges Guynemer (1894 1917), la Ville d'Anglet célèbre ce héros de l'aviation dont la vocation est née à Anglet et entend également rappeler le passé et le présent aéronautique de la ville. Trois grands constructeurs aéronautiques sont aujourd'hui installés à Anglet.

- Dassault Aviation : Avions d'affaires Falcon et avion de combat Rafale... Tous les avions phares du constructeur aéronautique Dassault Aviation doivent à l'établissement d'Anglet leurs fuselages, dérives ou autres éléments composites ou métalliques. Plus de 1 000 personnes travaillent dans cet établissement. Rappelons que Latécoère en 1937 puis Bréguet en 1939 et enfin Dassault en 1971 : trois noms prestigieux de l'aéronautique française ont présidé à la création et au développement de l'établissement de Biarritz.

- Alcore Brigantine : entreprise héritière de Brigantine Aircraft des frères Etcheparre. Fabriquant de matériaux en nid d'abeille pour l'aéronautique.

- Telerad : systèmes de radiocommunications aéronautiques et maritimes.

GEORGES GUYNEMER, NAISSANCE D'UNE VOCATION À ANGLET
La vocation de Georges Guynemer est née alors qu'il résidait villa Delphine (située avenue Georges Guynemer aujourd'hui) et qu'il s'enthousiasmait de voir les avions de guerre se poser sur la piste du poste d'aviation militaire de la Chambre d'Amour. Après avoir essuyé́ deux refus d'engagements en raison de sa santé fragile, il est accepté́, en janvier 1915, à l'École d'aviation de Pau comme mécanicien par l'intermédiaire d'un pilote qu'il avait rencontré́ sur le terrain de la Chambre d'Amour. Deux mois plus tard, il commence son apprentissage de pilote. En juin 1915, il intègre l'escadrille des Cigognes. Jusqu'à sa disparition le 11 septembre 1917 à Poelkapelle (Belgique), il totalisera cinquante-trois victoires avec son "Vieux Charles", un SPAD XII.

RENSEIGNEMENTS

Direction de la culture au 05 59 58 35 60. Les animations programmées dans le cadre du centenaire de la disparition de l'aviateur se poursuivent jusqu'au 25 novembre 2017.

Programme complet à consulter en cliquant ici.